[Tumblr] Les Light Novel, ces romans japonais qui arrivent doucement en France

Ce post a été écrit le 15 septembre 2018 et traite donc de ces fameux romans japonais que peu connaissent et qui semblent assez peu intéresser les gens.
Car oui, dans le post je suis optimiste, mais en réalité, ce n’est pas top : par chez nous, les gens ont plus tendance à se centrer sur un média (anime ou manga), alors en rajoutant un format ce n’est pas simple…
Au passage, je parle de Goblin Slayer dans le post. Lisez-le lisez-le lisez-le. C’est juste génial.
Je parle aussi dans l’intro d’un « article à venir »…que j’ai complètement zappé et qui n’est jamais arrivé. Oups ? J’ai également omis volontairement des éditeurs dans les catégories, c’est juste que je n’ai aucun LN chez eux. Si j’en prends un jour, je rajouterai l’éditeur sur ce post.

Sur ce, bonne lecture à tous, et foncez sur les LN c’est trop bien !

Bonsoir à tous ! Ce soir, je vais préparer un article à venir qui présentera un peu le type de contenu qu’il y aura principalement ici. Mais pour être sûrs que tout le monde puisse me comprendre, je vais parler ce soir d’une catégorie de livres que certaines personnes ne connaissent pas forcément : les Light Novel (abrégé en LN par la suite).

Alors, c’est quoi un LN ?

Hé bien son nom est approprié : les LN sont des romans courts, souvent moins de 300 pages, illustrés (moins d’une dizaine d’illustrations par tome) et qui sont très populaires au Japon. Vous en connaissez sans doute sans vraiment le savoir, tellement les animes et mangas de nos jours sont adaptés de ces oeuvres. Sword Art Online, Spice & Wolf, A Certain Magical Index, The Irregular at Magic High School, La Mélancolie de Haruhi Suzumiya… Si vous suivez le monde de la japanimation, même sans avoir regardé ces animes, vous en avez entendu parler. Et ce n’était qu’un infime sélection car il en existe beaucoup d’autres ! Mais attention, tous les LN ne sont pas des bases des oeuvres suivantes, mais des produits dérivés de ceux-ci. Je pense notamment aux romans Attack on Titan (disponibles en France chez Pika) par exemple.

Image piquée sur un article sur le Light Novel d’un autre site, crédits : https://www.journaldujapon.com/2014/07/12/dossier_light_novel/

Certes, c’est populaire au Japon, mais en Occident ?

Alors, pour l’Occident, c’est un poil plus compliqué. Des fois ça marche bien…et des fois non.

De nos jours, beaucoup vous parlerons d’un éditeur, Yen Press. Cet éditeur anglais localise énormément de Light Novel en anglais, et ce depuis pas mal d’années. Ils ont donc eu le temps de se construire un catalogue conséquent, ce qui est l’argument principal des gens défendant ces éditions anglaises aux françaises… Mais en même temps, en France, on n’a pas eu le meilleur départ dans le domaine !

Le plus connu des premiers exemples chez nous vient de chez Hachette. En 2009, Hachette (éditeur de romans je rappelle) décide de sortir en France le premier tome du Light Novel La Mélancolie de Haruhi Suzumiya…et c’est UNE CATASTROPHE.

  • D’abord, la couverture a été totalement modifiée, pour donner dans l’édition française un fond rouge avec juste un nuage orageux vert et une Haruhi en petit juste à côté du titre.
  • Ensuite, les illustrations ont été supprimées, sans doute pour une questions de coûts. Cela n’a pas plu DU TOUT aux fans, et c’est compréhensible : les illustrations sont une partie intégrante du concept. Mais rappelez-vous : Hachette est un éditeur de ROMANS, du coup ils n’ont sans doute pas vu le souci.
  • Enfin, la pub pour le manga à la fin du tome n’a clairement pas joué en sa faveur.

La suite, vous l’aurez sans doute devinée : le livre fait un four monumental en France ! Cela au point qu’Hachette annule toute suite en France. Et il faut aussi prendre en compte qu’à côté, plusieurs autres LN ont tenté une percée en France sans succès. Les seuls qui marchent ? Des produits dérivés de mangas originaux. Bref, l’avenir des LN en France n’était pas radieux.

Mais si ça a foiré, pourquoi en parler ?

Hé bien j’en parle parce que le marché est en pleine mutation en France. Et son visage le plus visible est un éditeur français : Ofelbe. Cette maison d’édition est née en 2014 et fait partie du groupe composé des éditeurs de mangas Ototo et Taifu, et se spécialise dans les Light Novel. Sa première licence va d’ailleurs lui permettre d’avoir une visibilité immédiate : Sword Art Online. Avec un tel titre, difficile de se louper…sauf que ça a failli mal finir, encore une fois.

En effet, pendant la promotion pré-sortie du premier tome, Ofelbe diffuse des infos qui soulèvent beaucoup de mécontentement : réunions de 2 tomes en un pour la série, suppression des illustrations et nouvelles couvertures. Soit les erreurs faites par le passé (sauf les tomes doubles) qui ont notamment abouti à l’échec de Hachette. La réaction fut virulente sur le Facebook de l’éditeur qui a fait machine arrière sur tout ce qui concerne les illustrations, donnant les tomes doubles que l’on connaît.

Ofelbe acquiert par la suite plus de licences connues : Spice & Wolf, Log Horizon, Danmachi, Durarara, The Irregular at Magic High School, Overlord, Re:Zero, Oregairu et A Certain Magical Index (à date du 14 septembre 2018). Catalogue varié, quoique critiqué par beaucoup parce qu’il possède beaucoup d’histoires dites “isekai” (histoires où un héros se retrouve bloqué dans un autre monde pour une raison X, Y…ou inconnue) et beaucoup de fantasy.

Ca en fait des bouquins chez Ofelbe, et encore on ne voit que 6 licences ici ! Crédits : http://otakusmafiaworld.fr/conseils-de-sandrock-retrospective-sorties-ofelbe-2017/

Par contre, les éditions de l’éditeur ne sont pas exempts de défauts. L’existence de deux formats différents (Big LN pour les tomes doubles comme SAO ou Index, et tomes simples pour Durarara ou Oregairu par exemple) et surtout d’aucun format poche constitue une des principales critiques. Car oui, leurs livres sont plutôt grands en taille, bien plus qu’un format poche. Malheureusement, des formats de poche sont plus chers à l’édition, et risqueraient de cannibaliser les ventes (vous n’avez pas des connaissances qui attendaient les versions de poche des Harry Potter sans acheter les versions classiques ?).
Ensuite, certaines sorties sont irrégulières. Ce n’est certes pas toujours de leur fait, mais la communication inexistante dans ces cas-là n’aide pas (mais communiquer là-dessus dans ces moments peut faire annuler une licence car les ayant-droits japonais pourraient mal le prendre).
Enfin, ces derniers temps, il semblerait que les contrôles de qualité aient quelques failles, laissant passer quelques coquilles allant du simple manque de lettre (un pluriel oublié) à d’autres plus graves (erreurs de conjugaison ou insertion de références à notre culture dans un récit explicitement implanté dans un pays ou un monde totalement différent du nôtre). On va donc espérer qu’ils se réveillent et corrigent toutes ces bourdes dans le futur, surtout que, selon mon libraire (qui a pas mal de contact chez les éditeurs), Ofelbe ne fait pas des ventes mirobolantes. Ils ne peuvent pas se permettre de laisser passer de telles coquilles si ceci est avéré.

Mais depuis tout à l’heure, tu ne parles que d’Ofelbe. Ce sont les seuls ou quoi ?!

Bien évidemment que non ! Ofelbe est simplement l’éditeur que je connais le plus, car ils proposent la très grosse majorité des titres que j’ai achetés. Mais d’autres éditeurs proposent des LN ! Je ne vais citer ici que ceux que je connais (souvent par le biais des éditions manga liées) donc si je fais un gros oubli, n’hésitez pas à me le dire :

  • Pika Roman : né en 2016, il propose dans son catalogue les “romans” dérivés des séries qu’il publie en manga, comme par exemple L’Attaque des Titans. Il propose aussi des LN adaptés d’autres oeuvres comme par exemple Your Name.
  • Glénat propose le même type de licences, avec des romans Tokyo Ghoul, One Piece et D-Gray Man.
  • L’éditeur Akata proposait déjà deux romans dans sa collection “So Shôjo” que sont orange et Le Pâtissier de mes rêves (en cours). Ils ont inauguré leur label “Young Novel” en annonçant le LN “Mawaru Penguindrum”, attendu par beaucoup dont le premier tome sort le 11 octobre. Seul pépin, Akata a déjà annoncé que le roman n’aurait pas les illustrations, et la couverture sera totalement différente. A voir de ce qu’il se passera par la suite.
  • Ki-oon a aussi sa propre maison d’édition de LN, nommée Lumen Editions. Toujours le même principe que Pika et Glénat. Kaze suit également.
  • Kurokawa, via KuroPOP, semble lui vouloir proposer des LN comme Ofelbe. Le premier vient de sortir, c’est Goblin Slayer.
  • Et il en existe d’autres que j’oublie sans doute.

En bref, le marché du LN est assez prolifique en France, mais pour cela il faut souvent chercher sous la dénomination “roman”, car seul Ofelbe semble utiliser le nom “LN”.

Et sinon, pour finir, les tarifs ?

Cela varie grandement d’une édition à une autre. Encore une fois, je parle de ce que je connais, mais chez Ofelbe cela dépend désormais de la taille du livre en nombre de pages (comme au Japon), mais on est proches de 12-13€ le tome simple, et entre 20 et 25€ pour un tome double.

Et je pense qu’on a fait le tour sur le sujet, il est donc temps de clore le billet ! N’hésitez pas à donner une chance aux LN, certes c’est plus long à lire que les versions manga, mais souvent les adaptations de LN sautent des passages ou ne rentrent pas assez dans certains détails, et il est toujours intéressant de voir d’où le manga ou l’anime vient. En France, on a pas trop l’habitude d’explorer tous les formats d’une licence, mais il s’agit d’un bon moyen de prolonger le plaisir sur ce que l’on aime.

Sinon, n’hésitez pas à réagir si j’ai oublié ou mal expliqué des choses, et sur ce, je vais vous dire à la prochaine pour un post plus cool et court. Salut !

Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.